La certification Qualiopi

Depuis le 29 janvier 2021, le centre de formation C.F.D détient la certification qualité Qualiopi.

En sa qualité de référentiel national unique, la certification Qualiopi atteste de la qualité des processus mis en œuvre par les prestataires d’actions de formations. Mais, qu'est-ce que la Certification Qualiopi ?

Qu’est-ce que l’analyse des pratiques professionnelles ? Définition


Les analyses de pratiques professionnelles sont un dispositif aujourd’hui largement plébiscité par les institutions sanitaires et medico-sociales. Elles ont, par définition, pour objectif principal d’améliorer les pratiques professionnelles au sein d’une structure, d’un établissement ou d’un service grâce à des séances par des formateurs.

L'analyse des pratiques permet aux salariés, dans des métiers ou des fonctions qui comportent des dimensions relationnelles importantes, dans un espace de travail balisé, de prendre du recul par rapport à des situations professionnelles repérées ou vécues, de les analyser et d’envisager d’autres façons de comprendre les situations, afin de permettre à chacun d’améliorer sa posture professionnelle. En d'autre terme, et pour définition simple, l'analyse des pratiques est une approche qui permet de réaliser un travail sur soi.

Qui peut faire de l'analyse de la pratique ?

Les analyses des pratiques sont réalisées par des professionnels, souvent par des psychologues, qui proposent ces séances sur l'approche du travail sur soi. Ces sessions, sont réalisées en groupe. Ces séances d'analyse des pratiques nécessitent la présence d’un animateur, lui-même professionnel du secteur, garant du bon déroulement de la séance.

Pendant le déroulement de la séance, le formateur est amené a poser des questions tout en aidant les participants dans leur approche grâce à de la reformulation, des détails, etc.

Comment faire une analyse de pratiques professionnelles ?

Une séance d'analyse des pratiques se déroule en groupe et dure environ 2 à 3 heures. En général, il est recommandé d'effectuer ces sessions 1 fois par mois.

Le déroulement d'une séance

En début de séance d'analyse des pratiques, une situation problématique est proposée par un participant volontaire. La situation problématique peut être, par exemple : un patient psychotique sourd et muet, très agité le soir, qui refuse de manger et qui est menaçant avec les équipes. Les séances et le formateur ont permis d’analyser cette situation et de se poser la question du problème somatique et de la douleur, ce qui s'est révélé exact. Le résident, qui ne peut s'exprimer, avait 2 dents cariées et une très grosse rage de dents. Sans ces sessions, le problème n’aurait peut-être pas pu être soulevé de cette manière.

Le formateur-animateur de la session pose des questions détaillées à l’exposant volontaire pour obtenir un recueil de données descriptif de l’expérience présentée. Dans l'idéal, il faut que la description soit riche pour que chaque participant se représente la situation telle qu’elle s’est déroulée.

Les autres participants du groupe d'analyse peuvent poser des questions. L’animateur doit aider le participant qui a pris la parole à y voir plus clair, à rendre intelligible son vécu, en l’incitant à reformuler, en posant des questions. La situation est ainsi « décortiquée » pour tenter de comprendre ce qui a été fait, dit, ce que cela a produit comme résultat.

Le formateur-animateur régule également les questions des autres participants, les oriente vers un autre niveau d’analyse afin d’arriver, sous le feu des regards croisés et des interactions, à une « analyse réflexive », une réflexion de groupe la plus élaborée possible. L’intervenant prend appui sur la description pour prendre de la hauteur et permettre aux participants d’analyser sous différents angles la situation. Chacun s’exprime, le débat s’élargit, des liens sont faits entre les éléments et le vécu professionnel de chacun pour accéder ainsi à un autre niveau de lecture et d'analyse de la situation. L’idée est de rechercher systématiquement la compréhension en questionnant l’action elle-même prise dans son contexte. 

L’intervenant-formateur, de par sa formation et son expérience, va proposer des outils d’analyse et émettre des hypothèses de compréhension du fonctionnement ou des symptômes du public accueilli pour ainsi ouvrir de nouvelles perspectives et offrir une plus grande adaptation de la réponse thérapeutique et/ou éducative. Cela permet d’instaurer un dialogue professionnel de qualité, cohérent, et convergent dans la prise en charge.

Chacun est invité à travailler à la co-construction de nouvelles pistes d’élaboration, à l’amélioration des techniques professionnelles.

Pourquoi un groupe d'analyse des pratiques ?

Le fait de proposer cette analyse des pratiques en groupe permet d'accéder à des analyses de situation plus pertinentes.

Un groupe d'analyse des pratiques, GAP, permet aussi d’accompagner le personnel d’un établissement à traverser une crise, comme nous avons pu le voir récemment, lors de la pandémie. En effet, le Covid 19 est une crise qui a modifié les pratiques et qui a obligé les établissements à gérer dans l’urgence les impacts de cette crise sanitaire. Les GAP ont ainsi permis d’accompagner les équipes dans la mise en place de nouveaux protocoles, mais aussi à dire et à dépasser la crise sanitaire.

Par l’intermédiaire des analyses de pratiques professionnelles, le personnel de ce secteur a pu bénéficier d’un accompagnement autour de la gestion des émotions. De plus, le personnel a pu dédramatiser son retour au travail, définir des actions nouvelles mais aussi identifier les bonnes pratiques et les points de vigilance à mettre en place.

Pourquoi faire une analyse de pratique professionnelle ? Les bénéfices des séances

Dans le secteur médico-social, le personnel est pluridisciplinaire, ce qui entraîne souvent une grande diversité de points de vue, avec un point de vue « soignant » et un point de vue « social » ou « éducatif ». Les deux points de vue divergent parfois même si l’objectif est commun : celui d’aider l’usager et d’optimiser sa prise en charge.

Les groupes d’analyses de pratiques professionnelles favorisent de ce fait le dialogue dans un espace d’écoute et d’accueil neutre, et permettent d’échanger sur une prise en charge qui peut-être complexe, afin de mettre en place des actions éducatives adaptées qui, par exemple, n’interfèrent pas avec le soin.

Par définition, les analyses de pratiques professionnelles permettent ainsi de prendre du recul et de mettre à distance des situations compliquées voire conflictuelles. Elles permettent également ainsi d’améliorer la prise en charge du public accueilli, favorisent la bientraitance, inscrivent chaque salarié dans une démarche d’accompagnement coordonnée et efficace, et renforcent la cohésion des équipes.

Les analyses de pratiques professionnelles compensent également les « manques » d’une formation professionnelle initiale en favorisant les savoirs tirés de l’expérience, elles font office de « veille professionnelle ». D’une façon plus large, ces analyses aident à la coopération avec les collègues et apprennent à inclure « l’autre » dans ses pratiques, sans le juger mais plutôt en l’aidant à analyser sa posture, qui tient compte de multiples références.

Chaque participant accepte ainsi d’être confronté à lui-même, aux autres, et surtout apprend à être responsable de ses actes sans pour autant culpabiliser. Ainsi, les séances d'analyses des pratiques professionnelles permettent de dynamiser une institution, et, par le questionnement régulier des pratiques, d’inscrire la structure dans une démarche qualité d’amélioration continue.